Désir (et ses aléas)

Il s’agit d’une notion fantasmatique née, chez l’enfant, lors de la perte de l’objet. En effet, lors de l’absence de la mère, le nourrisson va imaginer sa présence, il va « halluciner » la satisfaction qu’il en retire.

En termes psychanalytiques on dit que cette perte d’objet constitue le fondement de l’apparition du désir et de la recherche ultérieure des objets, puisque c’est en l’absence de l’objet de satisfaction que l’image de l’objet satisfaisant va être réinvestie comme représentation symbolique, c’est la satisfaction hallucinatoire du désir.

Lacan (« Les formations de l’Inconscient ») introduit la distinction entre les notions de besoin, de demande et de désir, souvent confondues :

  • le besoin vise un objet spécifique et s’en satisfait
  • la demande est formulée et s’adresse à autrui, si elle porte encore sur un objet, celui-ci est pour elle inessentiel, la demande articulée étant en son fond demande d’amour
  • le désir naît de l’écart entre le besoin et la demande. Il est irréductible au besoin car il n’est pas dans son principe relation à un objet réel, indépendant du sujet, mais au fantasme. Il est irréductible à la demande, en tant qu’il cherche à s’imposer sans tenir compte du langage et de l’Inconscient de l’autre, et exige d’être reconnu absolument par lui

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.