Les Addictions Les Plus Courantes


Du plaisir partiel à la dépendance continuelle, il n’y a qu’un pas. Un important pourcentage de la population mondiale est victime des dérives suscités par l’addiction à un produit, une substance ou à des outils usagers. L’idéal est de connaître les voies d’apparition pour s’en prémunir puisqu’il l’excès en toute chose nuit. Quels sont donc les addictions les fréquentes ? À la lecture de cet article, armez-vous pour éviter de sombrer dans ces pièges quotidiens.

Consommation effrénée de nicotine

Encore appelé tabagisme avancé, cette addiction a pour principale substance responsable le tabac. Ce dernier, s’installe en effet sur les canaux de réception de la matière grise. Le consommateur en ressent une sensation paisible en raison du rôle d’analgésique et de fortifiant qu’il joue. Plus une quantité importante est consommée, plus les récepteurs du cerveau manquent de sensibilité. Ainsi, il devient presque impossible au fumeur de se sentir en bonne forme, sans avoir pris sa dose journalière. Le tabagisme avancé est aussi dû aux us dans la société et aux incidences des fréquentations.

Addiction à l’alcool

C’est la dépendance à l’égard d’une substance, la plus fréquente des dernières décennies. On en devient familier quand on opte pour l’alcool en tant que solution d’oubli de traitement d’une peine. Le mécanisme déplorable part du rôle de cette substance qui endort les neuromédiateurs et fait croître le taux des produits des neurones dopaminergiques. L’alcoolique dépend carrément de cette drogue, a par-dessus tout du mal à s’épanouir au cas où il ne l’aurait pas consommé. Les habitudes familiales sont une, par ailleurs une cause lointaine de l’alcoolisme. À cette liste s’ajoute la dépression et les soucis permanents, etc. Il suffit de consommer un verre d’alcool, selon une certaine périodicité pour en dépendre à long terme. Avis à tous les consommateurs !

Cocaïne-Héroïne : Une addiction dangereuse

La majorité des adolescents défavorisés du monde s’adonne à cœur joie à la consommation de la cocaïne et de l’héroïne. Mal du siècle, l’addiction à l’héroïne est sujette à la sensation de liberté, de paix psychologique que cette substance procure. Elle prend facilement possession du circuit neuronal et fait vivre de ce fait, un plaisir inouïe combiné à des instants descriptibles sous forme de « rush et de high ». Comment peut-on flotter grâce à une substance, surtout quand on pense vouloir se sentir bien et ne pas en être accro ?

Pourtant l’héroïne, est dix fois plus dangereuse que la surdose de morphine. Quand elle est injectée une fois ou deux, il est difficile de s’en passer. Même analyse en ce qui concerne la cocaïne qui accentue l’euphorie. Le sujet à cette drogue se sent obliger d’augmenter la dose s’il veut rester euphorique, vu que l’effet initial diminue par la répétition. L’addiction est très rapide, porteuse de plusieurs affections mortelles.

L’addiction aux jeux

Le point de chute est inséré dans les jeux de casinos, de paris et de loterie notamment pour les parents (quadragénaires et plus). La cause fondamentale est le goût épatant d’un premier gain qui conditionne la tendance perpétuelle à retenter sa chance. Les accros à ces loisirs sont souvent de mauvais perdant, des individus qui surpasse les limites de leurs portefeuilles lorsqu’il est question de jouer. L’envie de se saisir à tout prix du jackpot, le déni des problèmes personnelles à travers les jeux. Jouer dans l’optique de sortir de la tristesse, c’est le meilleur piège pour finir dans l’addiction.





Search